Pissotte – Domaine Coirier

La vigne et la Vendée

Depuis l’ère gallo romaine, la vigne fait partie de l’histoire de Vendée par le biais des romains au départ puis des successions d’hommes. Notamment, la présence des religieux sur tout le territoire a permis de couvrir 95% de la surface agricole. Oui oui, on a bien du mal à se le dire aujourd’hui !

Les abbayes avaient du main mise sur la culture des vignes et du vin. Ainsi, au XIIe siècle, lorsqu’une certaine Aliénor d’Aquitaine possédait le Bas Poitou, elle exportait son vin sur les tables du roi de France Louis VII. Mais après sa séparation avec ce dernier et surtout son mariage avec Henri II d’Angleterre, elle demanda l’arrachage des vignes pour les faire migrer plus au Sud, en Gironde, loin des terres françaises.

Au XVIIe siècle, les vignes du Sud Vendée appartiennent à un certain Armand Jean du Plessis, évêque de Luçon. Ce dernier deviendra avec l’Histoire, un certain Cardinal de Richelieu. Malgré notre vision d’un homme dur et cruel, il finança la reconstruction de son diocèse de Luçon, le plus crotté de France. Il offrit aussi les vignes aux paysans à la condition qu’ils s’en occupent bien. Puis, qu’il puisse en bénéficier lorsqu’il vient. Avec les Guerres de religions, les vignes subirent peu de dégradations.

Le vin connut alors des hauts et des bas jusqu’en 1875, l’arrivée du Phylloxéra en Vendée. A partir de là, les homme de la terre eurent deux choix devant eux : une réorientation d’activité et donc l’arrachage de leurs vignes ou continuer en recommençant de A à Z avec de nouveaux cépages. C’est à partir de là que l’histoire du vin de Vendée disparut de nos mémoires. C’est à partir de là que se crée les coopératives laitières un peu partout sur le secteur (qui aboutira sur l’AOC Charentes Poitou pour le beurre. Il ne s’agit pas d’une erreur avec la région. Le Charentes Poitou compte les départements de la région Poitou Charentes + la Vendée).

Pour les domaines qui continuèrent l’aventure, ils arrachèrent leurs vignes ancestrales pour planter du greffon américain. La qualité du vin s’écroula. Après 2 générations de viticulteurs, la 3e décide de redonner des lettres de noblesses aux vins. Ils décident de replanter à nouveau les cépages d’origines. Mais ils ont été oublié. Des recherches seront faites en vain. Ce n’est qu’un viticulteur aimant lire, qu’il trouva les traces de ces fameux cépages dans les écrits d’un moine passé dans le secteur. Un certain rabelais qui fut moine franciscain à Fontenay le Comte avant de devenir moine bénédictin à Maillezais. Il écrivit et détailla nombres de fêtes de moeurs et de descriptions de notre territoire que les cépages furent retrouver.

Ainsi, un travail fut mener pour replanter selon un cahier des charges bien précis, du chenin blanc, du chardonnay, du pinot noir, du gamay et de la négrette. Les vignerons se regroupent sous une bannière “Anciens Fiefs du Cardinal” en référence à Richelieu en 1953. L’identification étant incertaine pour ceux venant du Nord, d’Alsace, de Bretagne, … Un nouveau nom fut donné en 1965 plus précis, plus géographique, les Fiefs Vendéens. Ils classèrent cette appellation en AOC en 2011. Aujourd’hui, cette AOC se classe en 5 fiefs : Brem, Mareuil, Vix, Pissotte et Chantonnay. Ces fiefs regroupent 18 domaines sur 412ha.

Le Domaine Coirier est lié à Pissotte depuis plus d’un siècle

Depuis 1895, les Coirier portent le blason viticole de Pissotte.

Mais c’est à Jean Coirier que l’on doit la spécialisation viticole au Domaine Coirier, dans une campagne d’après guerre où l’agriculture locale se tournait plus vers les céréales ou l’élevage. Son ami Robert James, soldat anglais, reparti à Londres et établi par la suite comme négociant en vins, fut une pièce importante du début de la commercialisation.

Puis deux des sept enfants de Jean, Xavier et Philippe prirent le relais. Ensuite Xavier seul, tissa la renommée des vins de Pissotte. Mathieu, fils aîné de Xavier, le rejoint en 2002 et continue seul depuis 2014.

Les vignes Coirier

Seuls les 24 ha du Domaine Coirier constituent l’appellation AOC Fiefs Vendéens Pissotte. L’enherbement est total depuis près de 40 ans et nous maintenons une densité de 6.000 pieds par hectare. Toutes les vignes sont palissées, la taille en vert ou ébourgeonnage est de rigueur tous les ans. Les rendements annuels sont de 35 Hl à 55Hl selon les cépages. L’âge moyen des vignes est de 20 ans.

Le Domaine Coirier et Original Vélo Tour

Pour la saison 2018, suite à un souhait de création d’un produit oenotouristique par l’office de tourisme Fontenay Vendée, Original Vélo Tour a tissé un lien avec Mathieu Coirier représentant son Domaine et faisant partie des Fiefs Vendéens, AOC Vins Val de Loire depuis 2011.

Retrouvez donc le Domaine Coirier lors de la BALADE DANS LES VIGNES DE PISSOTTE tous les jeudis matins à partir de 10h00 d’avril à août. Cette balade comme les autres balades cyclo oenotouristiques, dispose d’un tarif spécial “groupes”. C’est à dire qu’il n’y a pas de prix à la personne mais au groupe (220€ de 1 à 10 pers. et +20€ par pers. sup.).

negrette patrimoine végétal de vendéeBalade dans les vignes de Pissotte Domaine Coirier


  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/37/d678247966/htdocs/velo-visite/wp-content/themes/entrada/admin/functions/custom-functions.php on line 964
ut nunc lectus nec Praesent tristique Phasellus Donec id in diam